Conseils de lecture

15,50
Conseillé par (Libraire)
26 mai 2016

Nage droit devant toi !

Lou a quinze ans, nage depuis toujours et n'envisage pas le futur autrement que dans une piscine. Seulement, le jour de la compétition la plus importante de sa vie, c'est la douche froide, elle rate la course. Tandis que sa meilleure amie, Hannah, gagne son ticket d'entrée pour une académie de natation, Lou voit l'avenir qu'elle s'était écrit s'effacer pour laisser place à une autre histoire dans laquelle elle doit se faire de nouveaux amis et se trouver de nouveaux hobbies... pas si facile. Un soir, alors qu'elle se laisse aller à rêver à ses vieilles ambitions dans un bassin chloré, trois garçons l'abordent avec une requête des plus étranges : qu'elle les entraîne pour participer à une célèbre émission de télé-réalité dans une discipline inédite inventée par eux-mêmes !
Moi et les aquaboys, c'est l'odeur du chlore qui pique les narines, le bruit des bonnets de bains qui claquent, le carrelage froid sous les pieds nus. Mais c'est aussi l'humour anglais dans toute sa splendeur, c'est le plaisir de découvrir au détour d'une phrase des références pop culture qui vont de Doctor Who à Harry Potter, et de rencontrer des personnages au flegme inaliénable, malgré les situations impossibles dans lesquelles Nat Luurstema semble s'amuser à les mettre.
Lou, c'est cette fille qui ne paye pas de mine, qui est quasiment invisible, ou du moins qui se sent comme telle, et qui pourtant finit par se faire respecter par trois grands dadais, qui, sous leurs airs de playboys, ne sont pas moins maladroits qu'elle. Elle est l'outsider, celle qui sort des sentiers battus, l'anti-héroïne qui montre à tout le monde, à commencer par elle-même, que le succès n'est pas forcément où on l'attend. C'est celle qui croyait avoir tout perdu, et qui se rend compte qu'elle a tout gagné, et surtout qu'il n'y a pas qu'une seule manière de vivre ses passions. Inspirant et amusant à la fois : la lecture idéale de cet été !


Éditions Gallmeister

22,50
Conseillé par (Libraire)
14 mai 2016

Laissez-vous emporter par la vague

Landfall est un roman très ambitieux. Rose et Rosie sont deux jeunes filles ayant connu l'épisode Katerina. A priori leur seul point commun. Mais bien loin de s'arrêter là Rose se lance dans une quête complexe, profonde, presque initiatique. Ce roman traite de l'un des épisodes les plus douloureux des États-Unis, certes, mais il va bien au-delà. Il s'agit aussi d'un roman sur la filiation, sur la relation mère/fille, d'une puissance émotionnelle incroyable.
Allez-y, laissez-vous emporter, vivez et luttez avec ces deux jeunes femmes, vous ne le regretterez pas.


Conseillé par (Libraire)
7 mai 2016

Amours

Dans une maison bourgeoise de province tout début XX° siècle cohabitent bourgeois et domestiques. On pourrait penser que certains profitent pendant que d'autres triment ; mais ce que nous montre Léonor de Recondo c'est que chacun se contente de jouer son rôle, à son corps défendant le plus souvent. Et que personne n'est épargné par le poids de la société corsetée de l'époque.
Victoire va réussir à soulever un tout petit peu le couvercle qui les étouffe tous et chacun trouve un petit bout de bonheur. Mais parviendra-t-elle à lever complètement ce couvercle quand la société appuie de tout son poids pour le maintenir en place ?
Un très beau roman historique et social mais aussi un beau roman d'amour.


12,50
Conseillé par (Libraire)
7 mai 2016

Confiteor

Epais roman polyphonique qui brasse toute l'Histoire de l'Europe depuis l'Inquisition jusqu'à nos jours à travers l'histoire d'un violon, celui du jeune Adria lequel grandit dans les années 50 en Espagne, coincé entre un père qui ne l'aime pas mais veut en faire celui qu'il n'a pas réussi à être, un grand érudit, et une mère qui ne l'aime guère mais veut en faire un virtuose du violon. Ce fameux instrument, dont le bois poussa suite à un triste épisode de l'Inquisition, puis disparut pendant plusieurs siècles avant qu'on ne le voie mystérieusement réapparaître à Auschwitz, va causer la perte du père, après avoir causé la perte d'autres personnages.

Dans un chaos chronologique brillamment organisé, nous croiserons un jeune homme fuyant la vendetta familiale, un jeune luthier sacrifiant son amour à son art, un moine assistant du grand Inquisiteur Nicholas Eymerich, Rudolf Höss le commandant du camp d'Auschwitz et d'autres encore.Un roman magistral réhaussé d'une écriture des plus subtiles pour un roman qui est un des événements inattendus de la rentrée littéraire et à n'en pas douter un des futurs classiques du XXIème siècle. Les époques et les aventures sont imbriquées, tissées même en un récit flamboyant et passionnant dont le suspens vous tient jusqu'à la fin.


19,90
Conseillé par (Libraire)
27 avril 2016

Il reste la poussière

Après le Morvan puis les vignobles champenois, après l'Albanie, Sandrine Collette continue son tour du monde du roman noir en partant pour la Patagonie. Nous voici en immersion au sein du ferme de gauchos dirigée par une mère tyrannique dont les seuls employés, ou plutôt esclaves, sont ses quatre fils.
Et nous allons suivre la décadence de cette famille, commencée depuis longtemps, car comment faire face aux superstructures agricoles gérant des milliers de têtes de bétail ? Les petits élevages sont amenés à disparaître, la viande ne rapporte plus assez, ils ont été repoussés dans les terres hostiles et peu généreuses en céréales. La mère décide de ne pas voir, de ne pas renoncer, quitte à laisser ses garçons se mener une guerre impitoyable pour la place de dominant, quitte à laisser son dernier Rafael subir les pires traitements tel le seul objet de distraction dans cette misérable pampa.

Seulement malgré tous les efforts de la mère pour maintenir le joug bien serré, il lui est impossible d'éviter les contacts avec le monde extérieur. Et ces échanges ne sont pas sans conséquence, la fratrie ne peut pas ne pas voir que « les autres » fonctionnent bien différemment, voire pire encore : découvrir que l'espoir existe, et Rafael, si peu armé pour affronter la violence, sera l'un de ses principaux porteurs.

Sandrine Collette nous a déjà démontré sa capacité à nous embarquer dans des intrigues à l'ambiance de plus en plus épaisse. Ne rêvez pas, vous n'y échapperez pas plus cette fois-ci. La richesse des personnages est saississante. Notre auteur nous a aussi habitués à être immergés dans des milieux hostiles, ce roman ne fait pas exception. Et pourtant Sandrine Collette a une capacité à se renouveler absolument étonnante. Il reste la poussière se rapproche encore plus du Nature Writing, en s'écartant du roman noir pour venir flirter avec le roman, tout simplement et avec grand talent. Et honnêtement, Sandrine Collette n'a vraiment pas à rougir devant quelques spécialistes de cette littérature : David Vann, Ron Rash ou encore Pete Fromm pour ne citer qu'eux.