Les formidables albums jeunesse

Notre sélection d'albums jeunesse non objective, assez exhaustive, drôle et touchante. Il ne reste plus qu'à se régaler.

13,50

Des ours et des hommes

Un peu plus loin ensemble, c'est l'histoire d'une amitié originale entre un ours blanc et un Indien. Ils pêchent ensemble, et se partagent leur butin le soir venu. Mais leurs amis respectifs estiment, chacun de leur côté, que ce partage n'est pas équitable : qui devrait avoir le droit de garder le plus grand nombre de poissons, l'ours qui a naturellement besoin d'en manger davantage ou l'homme, qui doit nourrir sa tribu en plus de lui-même ?
Cet album fait suite à Debout sur l'eau, paru en 2015, qui voyait se former l'amitié entre ces deux personnages que tout aurait dû opposer, autour de la construction d'un bateau capable de les transporter ensemble sur la rivière. Yun l'Indien apprenait alors à son compagnon que chaque chose mérite d'être faite en son temps, et surtout dans le respect de la nature qui les entoure, et d'autrui.
Dans cette continuité, Hyacinthe Reisch propose un nouvel enseignement à ses deux héros, le partage : cette histoire est une ode à la nature et aux traditions ancestrales, à une existence qui repose justement sur le partage, et non sur le profit. Au fil des mots, l'idée de la tolérance creuse aussi son sillon. Le débat est réfléchi, repose sur le dialogue, et ne nécessite jamais de recours à la violence. Hyacinthe Reisch n'est pas un donneur de leçon : il n'impose jamais de vision à son lecteur, mais l'invite plutôt à la réflexion, donnant à son album des allures de premier conte philosophique.
La technique d'illustration, à l'encre de chine, est rehaussée de touches écarlates. Le résultat est efficace et épuré, en adéquation parfaite avec l'histoire que ces images accompagnent. Là aussi, c'est un vrai retour aux sources que nous propose Hyacinthe Reisch. En effet, il en profite pour nous faire découvrir une autre culture, un autre peuple, et une faune nombreuse, le tout dans une nature harmonieuse et luxuriante.


50 recettes pour comprendre ses leçons en cuisinant

Seymourina Cruse, Aurélie Caudron

Thierry Magnier

21,50

Chaud devant !

Qui ne s'est jamais posé la question : « à quoi ça va me servir dans la vie ? » devant un cours particulièrement ardu à retenir, ou un exercice à la solution impossible à trouver ? Seymourina Cruse, Aurélie Caudron et Matthias Malingrëy nous répondent aujourd'hui : à faire la cuisine !
Découvrez des recettes pas bêtes du tout qui vous aideront à revoir vos leçons avec gourmandise, et surtout, en vous amusant. Révisez vos mathématiques en résolvant un problème arithmétique pour obtenir le bon dosage d'ingrédients, réalisez vos travaux d'arts plastiques directement dans l'assiette en vous inspirant des œuvres des plus grands peintres, transformez votre cuisine en laboratoire avec des recettes dignes d'un chimiste accompli : vous l'aurez compris, toutes les matières vont passer, comme promis, à la casserole, pour vous ouvrir l'appétit, physique comme intellectuel.
Pas de panique pour ceux qui n'auraient pas été suffisamment attentifs en classe, avant la recette, les auteurs vous proposent un petit rappel de la leçon qui vous sera nécessaire pour réaliser le plat. Rien à voir avec un manuel scolaire cependant : L'école à la casserole se veut ludique avant tout. Et pour les plus inquiets, vous avez même les solutions à la fin du livre ; vous pourrez toujours ré-essayer l'exercice plus tard, car c'est bien connu, on travaille mieux l'estomac plein !
Aucun risque d'indigestion n'est donc à prévoir. Grâce à une mise en scène originale, ces recettes vont faire travailler vos petites mains et votre matière grise, sans en avoir l'air. Les leçons comme les techniques sont adaptées au programme de l'école primaire, pour stimuler ceux qui en sortent autant que ceux qui auraient envie de retomber en enfance, mais qui régaleront les gourmands tous âges confondus. Et qui sait, au final, ce n'est peut-être pas l'école qui va vous aider à cuisiner, mais la cuisine qui va vous aider à réussir à l'école.


13,50

Ce matin, un lapin...

Pablo Dupoildepinceau, peintre et jardinier à ses heures perdues, ayant planté tout l'été, se trouve fort dépourvu... quand il réalise qu'un lapin a pris ses quartiers dans son potager, et qu'il en profite pour grignoter ses provisions de légumes. Mais malgré ses efforts, plus il cherche à chasser l'intrus, plus celui-ci se sent à son aise. Notre peintre redouble alors de stratagèmes pour sauver son jardin, déversant ses poubelles ou inondant le terrier de l'indésirable...
Maintenant, retournez le livre, et préparez-vous à découvrir une toute autre histoire. Le rongeur Lapin Toutcourt échoue par hasard dans un jardin qu'il finit par trouver tout à fait à son goût, au point de décider d'y creuser son nouvel habitat. Cela tombe bien, le jardinier semble très hospitalier, pourvoyant meubles et piscine pour le logement, sans compter la nourriture très appréciable. Il se sent comme un invité, mais a-t-il bien compris l'intention de son hôte ?
Outre les illustrations inspirées et foisonnantes de Béatrice Rodriguez (qui nous avait déjà régalés dans le style animalier avec la série du Voleur de poule, dans la collection des Histoires sans Paroles chez Autrement), et qui donnent du relief au texte drolatique de Marie Nimier, ce qui fait l'originalité de l'album Au bonheur des lapins, c'est bien sûr sa forme. En effet, la surprise, ici, c'est de découvrir dans un seul livre deux albums, deux héros, deux versions de l'histoire, et une double page pour un dénouement – heureux évidemment.
L'histoire est tendre, et on se prend aisément d'affection, tant pour le lapin que pour le peintre, dans cette guerre de territoire qui se transforme rapidement en une escalade de malentendus. Chaque point de vue apporte son lot de rebondissements, à l'image des obstacles imaginés par Pablo, toujours tournés en dérision par le lapin malicieux, faisant de cet album un petit bijou d'humour... à dévorer par les deux bouts !