Les romans noirs et autres policiers

Les romans noirs et autres policiers

Manger Bambi
18,50

Sors tes couverts !

Bambi c'est une adolescente de 16 ans qui a une dent contre les gros porcs, les pervers prêts à tout pour manger de la chair fraîche. Mais Bambi aime jouer. Et elle se venge pour toutes les femmes qui se font piéger par ces salauds sur les sites de rencontre. L'auteur décrit admirablement la misère sociale qui mène à la violence et comment celle-ci se justifie. Un style acerbe et réaliste qui rend d'autant plus concrète l'histoire qui nous est racontée.

Romain


Ames sous les neons (Les)

Guez jeremie

Tengo

15,50

Le Danemark les esprits.

A la mort de son mari, une femme en apprendra plus sur lui que lors de leur 5 ans de vie commune. Pour elle, commence alors une toute autre vie. Celle d'une mère maquerelle à Copenhague. Dans un style haché et puissant, l'auteur nous emmène sans superflu dans ce Danemark où il n'est pas bon d'être la femme d'un malfrat. Un livre percutant !

Romain


Que la guerre est jolie
19,50

Larmon, petit ville ouvrière sur le déclin à quelques heures de Paris. Autour de la vieille usine désaffectée, le quartier ouvrier, croulant mais encore habité par quelques acharnés, comme Élise, qui attend son premier enfant, ou Odette, ou les artistes squattant la vieille usine... Le maire a décidé de raser ce quartier ouvrier pour y installer des logements hauts de gamme, attirer des cadres parisiens, embourgeoiser sa ville... en expulsant au passage la faune locale, qui y ferait vilainement tache. Et tous les moyens sont bons pour disperser les protestataires... quitte à mettre la ville à feu et à sang. “Ah Dieu ! Que la guerre est jolie.” disait ironiquement Apollinaire. Et c'est bien la guerre que va déclencher monsieur le maire ! La guerre, c'est le fil rouge de ce roman coup de poing. L'écriture est rapide, vivante, vibrante. Loin de se perdre en palabres, l'auteur déploie toute une galerie de personnages hauts en couleurs, attachants, imparfaits, bourrés d'insécurités, de rêves, d'espoirs, ou au contraire cruellement cyniques. Surtout, Christian Roux dépeint un chaos politique et idéologique terriblement familier, et actuel.

On commence une page, on passe à la suivante sans réfléchir parce que l'on veut savoir, finalement, qui sera encore debout sur le champs de bataille, et quis seront les victimes collatérales. Qui va s'en sortir? Qui a raison, qui a quelles raisons, et pour faire quelles horreurs? Les évènements s'enchaînent sans une seconde de répit, jusqu'à ce que les fils des marionnettes s'emmêlent, et que tout s'effondre dans un final à donner le vertige. Définitivement un des romans les plus percutants de l'année.


J'irai mourir sur vos terres
20,00

Au cœur de la Grande Dépression américaine, dans le Kentycky, deux familles d'agriculteurs tentent de survivre. Mais une étrange affaire entre la magnétique Juna et l’aîné des frères de l'autre famille vient perturber le fragile équilibre de ces cultivateurs de tabac : les garçons Baine s'exilent les uns après les autres, laissant leur mère seule et provoquant la ruine de la ferme familiale tandis que la famille Holleran vit avec sa malédiction et sa honte, lesquelles les conduisent eux aussi peu à peu à la ruine. Seize ans plus tard, la découverte d'un cadavre vient réveiller tout cela et prouver que le feu couvait encore entre ces deux familles.
Dans un remarquable travail de construction, le roman progresse par échos entre les deux époques. Ces échos invitent le lecteur à faire résonner les deux récits entre eux et peu à peu modifier le sens de ce qu'on vient de lire. Un très beau travail d'écriture qui installe peu à peu l'anxiété dans le cœur du lecteur car dans le monde de Lori Roy, tout est possible, surtout le pire !

Au fil des romans, Lori Roy ne cesse d'interroger la place de la femme dans la construction de la nation américaine, sa place dans cette société très machiste que sont les États Unis, comme on a pu le voir lors des Présidentielles américaines. Dans Les Secrets de Bent Road, on abordait la question des femmes battues, de la relative indépendance des femmes selon qu'elles vivent en ville ou à la campagne. Dans De si parfaites épouses, l'auteur évoquait le rôle social des femmes, la non-évolution de leur statut dans une société en pleine modernisation des années 60. Dans J'irai mourir sur vos terres, les femmes y apparaissent comme tentatrices, mères, déesses de la nature... et sont vénérées, craintes et sacrifiées au nom de la toute-puissance masculine. Plus qu'une auteure de polar, Lori Roy est une des très grandes plumes américaines contemporaines. Couverte de prix dans son pays, elle perce peu à peu chez nous.


nager sans se mouiller babel noir 48, roman
8,70

Juanito Perez Perez est un homme sans histoire, visiteur médical sans envergure. Mais tout cela n'est qu'une couverture car en réalité, Juanito est Numéro 3, l'un des plus redoutables tueurs à gages du monde. Mais Numéro 3 est aussi un papa qui doit partir avec ses enfants en vacances pendant que son ex-femme part avec son nouvel amant . Cependant, Numéro 3 se voit confier, à la dernière minute, une mission très spéciale : tuer son ex-femme, dans un camping nudiste, tout en s'occupant des enfants ! Pourquoi sa femme ? Ça doit être un quiproquo ! Comment passer inaperçu quand la cible vous connaît intimement ? Comment cacher certaines émotions quand vous êtes à poil ? Et surtout, où planquer son flingue chez les nudistes ?
Un polar drôlatique et enlevé qui vous donnera un avant-goût de vacances au Camping ! Sans avoir d'y toucher, en vous noyant sous les scènes cocasses ou osées, Carlos Salem vous emberlificote et vous bluffe ! Du grand art !