Nos romans préférés

Voici les romans que nous avons aimé, les derniers chroniqués sont les premiers, bien qu'ils n'aient pas grand chose à voir avec Jean-Jacques Goldman. Il ne reste qu'à picorer.

Christian Bourgois

18,00

J'adore Martin Suter depuis longtemps mais depuis, Le Dernier des Weinfeld, je n'avais plus eu le béguin. Bonne nouvelle ! Il est revenu, le grand Martin Suter pour un roman qui flirte avec le roman policier financier mais qui est tellement plus que ça aussi : roman d'amour, roman du complot, roman géopolitique...
Jonas Brand a longtemps rêvé de devenir cinéaste mais de compromission en compromission, il est devenu vidéo-reporter, spécialisé dans les people... Un jour, dans le train, à la suite d'un « incident voyageur », il filme quelques images qu'il espère revendre aux médias. Cela l'amènera bien plus loin qu'il ne pensait, surtout quand sa route croise 2 billets de banques identiques (portant le même numéro) et tous les 2 véridiques.
Martin Suter se joue de tous les codes et de nos attentes pour nous offrir un excellent roman, que nous avons hésité à placer sur la table des polars.


19,00

Pendant presque 40 ans, la France entière a suivi les rebondissements de l'affaire Agnelet/Le Roux, s'est demandé si Maurice Agnelet, l'avocat roué et séducteur, avait vraiment tué Agnès Le Roux, sa maîtresse et riche héritière, et si oui, qu'était-il advenu du corps de cette dernière. En 2014, le troisième procès Agnelet s'ouvre à Rennes, sans grand espoir de dénouement réel ; et là, coup de théâtre, Guillaume, le fils, vient témoigner contre son père, et mettre fin à un feuilleton judiciaire inextricable.
Le tour du force du texte de Pascale Robert-Diard, qui en tant que chroniqueuse judiciaire pour Le Monde était aux premières loges, c'est d’adopter le point de vue du fils, d'emmener cette histoire sur le terrain du romanesque et du mythologique : c'est l’histoire d'un secret de famille qui devient tellement lourd à porter pour l'un des protagonistes qu'il s'enfonce peu à peu dans le dépression, puis craque pour se libérer. C'est l'histoire d'un fils qui refuse d'être emporté par les crimes de son père.
Ce livre, qu'on peut lire comme un roman, comme un polar, comme un mythe, vous happe et ne vous lâche plus ! En effet, le style impeccable et implacable de Pascale Robert-Diard nous tient en haleine et dans ce récit, tout est fascinant et tout est vrai.


18,00

Dans un roman hilarant et corrosif, Sophie Divry nous raconte les tribulations de jeunes gens qui tentent d'entrer dans la vie active à l'heure où le chômage fait rage et où les patrons semblent penser qu'ils ont tous les droits. Un roman social d'un nouveau genre où la truculence et l'invention textuelle (sous toutes ses formes) ont définitivement damné le pion au misérabilisme et à l'apitoiement mais sans occulter les questions importantes.

Sophie, notre narratrice, est chômeuse, diplomée mais chômeuse. Elle ne se plaint pas : c'est toujours mieux que les piges pour le journal qui ne lui laissait rien à la fin du mois tellement c'était mal payé et irrégulier ! Elle tente donc d'écrire un roman (afin de devenir riche, enfin, et surtout manger à sa faim !) mais en attendant, Sophie a faim et ça vire à l'obsession.
Alors les pensées parasites envahissent peu à peu son esprit, jusqu'à obscurcir son jugement : comment envisager sereinement la vie quand votre placard est vide ? comment se sentir l'égale des autres quand votre esprit est obnubilé par le fait de manger et que le monde du travail vous ignore ? Impossible d'écrire dans ces conditions ! L'écriture, le chômage et le succès sont-ils incompatibles ?
Hector, son meilleur ami et compagnon de galère à Pôle Emploi, pense que les choses s'arrangeront dès qu'il aura réussi à séduire sa voisine. Quant à Lorchus, le démon de Sophie, il pense que la faim justifie les moyens et que l'embarras est dans le choix : vol à l'étalage ou vol à l'arrachée ?
Pour échapper à tout ça, Sophie accepte l'invitation de ses parents pour un week-end où tous les frères et sœurs seront réunis : il faudra affronter la réussite sociale des autres mais à ventre plein rien n'est impossible pense-t-elle. Et peut-être même pourra-t-elle envisager de donner un nouveau départ à sa vie...


16,50

On est au Québec et la famille Cardinal est une famille comme les autres, à ceci près qu'ils sont 21 enfants ! Le père, géologue, a découvert un gisement exceptionnel de zinc mais le contrat qu'il a signé avec la très riche industrie minière ne semble pas si favorable après coup. Quand le cours du zinc s'effondre, la ville s'étiole et tombe aux mains des enfants Cardinal, lâchés comme des animaux sauvages dans les rues qui se désertifient : ils ont bien l'intention de récupérer leur ville et leur mine. Mais les tours pendables que les enfants jouent à ceux qui ne veulent pas partir ne suffisent pas à masquer le drame. Comme dans toutes les familles règne un secret et ce récit qui avait commencé comme une cocasserie devient peu à peu plus dense et plus fort.
On avait adoré Il pleuvait des oiseaux (Folio) du même auteur : vous adorerez Les Héritiers de la mine ! Encore une fois, Jocelyne Saucier mène son récit avec beaucoup d'humour mais sans éluder les sujets importants. Un auteur à découvrir de toute urgence !


Le nouveau nom

2

Gallimard

23,50

La série la plus addictive depuis Harry Potter ! Mais là, point de sorcier ou de magie ! A travers le destin de deux fillettes, issues d'un quartier pauvre de Naples, où l'industrie remplace peu à peu les artisans et où la mafia commence à faire régner sa loi, venez explorer l'histoire de l'Europe de la seconde partie du 20ème siècle. Le nouveau nom : fin des années 50. Lila vient de se marier, Lenu d'entrer au lycée. Tout oppose les deux adolescentes et pourtant leur amitié est toujours aussi forte et tumultueuse. Mais l'orage gronde quand elles découvrent l'amour, le rôle des femmes mariées et le peu de latitude que celui-ci leur laisse. La montée en puissance de la mafia met le quartier sous tension et celle-ci entre dans les appartements, s'immisce dans les couples. Une seule solution pour quitter cette chaudronnière, quitter Naples !
A travers l'histoire de ces enfants, c'est tout un pan de l'histoire de l'Occident qui nous est racontée : notamment l'évolution de la condition féminine, et par conséquent, celle des hommes. Une série passionnante dont nous attendons la suite (encore deux romans à venir) avec impatience et que nous recommandons à tous, hommes et femmes !