Mes années chinoises
EAN13
9782234087453
ISBN
978-2-234-08745-3
Éditeur
Stock
Date de publication
Collection
ESSAIS - DOCUME
Nombre de pages
320
Dimensions
21 x 13 x 2 cm
Poids
332 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

L’historienne Annette Wieviorka, spécialiste émérite de la Shoah, est, en 1970, une jeune militante maoïste. Dans l’enthousiasme de Mai 1968 et de la Révolution culturelle, les intellectuels français sont pris de passion pour la Chine communiste (dont Philippe Sollers, Julia Kristeva ou Roland Barthes, qui en rapportent des écrits fortement empreints d’idéologie). 
 

Avec son mari et son petit garçon, Annette Wieviorka s’installe pour deux ans à Canton comme professeure de français. Dans le « laboratoire de l’homme nouveau », ils s’attendent à apprendre du réveil des masses et du modèle démocratique chinois. À la place, ils découvrent la pauvreté des Chinois et le vert des rizières, la surveillance constante, la soif de camaraderie mêlée à l’isolement dans une société collective.
 

Dans ce récit où se croisent la fraîcheur de notes prises sur le vif et le regard rétrospectif de l’historienne, les rencontres, les paysages et les questions se succèdent au son des chants révolutionnaires et de l’opéra chinois. Devant « l'impossibilité de saisir autre chose que la surface de la société chinoise », quel sens donner à ce qui est vécu ?
 

De ces années chinoises se dégage une « passion douloureuse, passion louche, passion déchirante » pour un pays, une époque et des idéaux.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

10 février 2021

Un témoignage limité

L'intérêt d'un tel récit est très limité. En effet à l'époque où l'auteur a séjourné en Chine, il était interdit aux étrangers d'avoir tout contact amical avec des locaux. Seuls les relations (limitées) de travail étaient autorisées. Il en est ...

Lire la suite