Europe, les États désunis, Essai
EAN13
9782841867332
ISBN
978-2-84186-733-2
Éditeur
Michalon
Date de publication
Collection
La concierge est dans l'escalier
Nombre de pages
217
Dimensions
20,2 x 13,2 x 2 cm
Poids
381 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Europe, les États désunis

Essai

De

Michalon

La concierge est dans l'escalier

Offres

Face à un euroscepticisme croissant, la nécessaire refondation républicaine et progressiste d'une Europe à la dérive.
L'Union européenne est née d'une idée généreuse mais vague : faire advenir " la Paix ". Ceci ne suffit pas à constituer un projet politique. Paradoxalement, le défaut de projet n'a pas empêché la multiplication des institutions technocrates chargées de le mettre en œuvre. On a fabriqué des outils avant d'en déterminer l'usage. Fortes d'un désengagement complice des Etats européens, ces institutions se sont désormais affranchies. Leur principale raison d'être est à présent de créer de la contrainte voire de la coercition. Ce faisant, elles contribuent à vider progressivement de leur substance les Etats membres de l'Union, trop heureux, pour certains, de pouvoir se défausser des leurs responsabilités sur " Bruxelles " ou sur " Francfort ". Mais aussi sur Berlin. Car il semble qu'un Etat, à la différence de tous les autres, soit parvenu à réchapper de la maladie d'impuissance qui frappe ses voisins. Mieux, l'Allemagne est parvenue à faire des institutions européennes ses meilleures alliées et les courroies de transmission de ses propres intérêts. Partout ailleurs, la démission du politique est devenue la règle. Elle s'accompagne le plus souvent d'une crise économique effroyable. Une situation que les peuples acceptent de plus en plus mal, sentant bien qu'au nom de " la Paix ", on leur demande d'entériner tout à la fois leur appauvrissement, et l'abandon de leur souveraineté. Epuisés par la rigueur économique, de plus en plus défiants vis-à-vis de la construction européenne, ceux-ci ne comptent plus sur leurs dirigeants pour tâcher d'en infléchir le cours. Dès lors, ils pourraient bien être tentés d'y mettre un terme brutal, en recourant à des partis politiques pour lesquels on doute que " la Paix " soit la principale priorité.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...