La France sur le pouce

Courtois, Olivier

Dargaud

19,99
par (Libraire)
13 juillet 2017

La France sur le pouce

« Je vivais autrefois comme tout le monde. Et à l'époque, cette vie-là me convenait. J'avais un métier, une compagne, une voiture et des rêves plutôt communs. Je n'étais peut-être pas heureux... mais au moins n'étais-je pas malheureux. Ce qui n'est déjà pas si mal. » Ainsi débute La France sur le pouce, road-trip autobiographique d'olivier Courtois.
Une rupture amoureuse et une démission professionnelle suffiront à pousser Olivier Courtois hors de nos conforts habituels. Ce pas de côté, c'est lui qui l'a choisi : il a décidé de faire le tour de la France en stop, de tenter une autre vie, radicale mais pas marginalisante. En effet, Olivier garde ses réflexes de reporter et ouvre grand ses oreilles aux automobilistes qui ont la gentillesse de le prendre dans leur véhicule. Et ce tour de France ressemble peu à peu à une psychanalyse mobile d'une certaine France, celle des campagnes et des petites villes (les grandes sont peu propices à l'auto-stop) : l'ouvrier sans boulot, le père divorcé, la junkie, les malfrats mystérieux, les retraités amoureux...
Olivier Courtois est reporter :il transforme ces expériences en reportages. Et il fait de même avec ce voyage profondément personnel : il nous le transmet, pour notre plus grand profit et notre plus grand bonheur. N'étant pas dessinateur, c'est Phicil qui prend les crayons pour dépeindre cette France, tendre, belle mais parfois dure aussi.

Tous les conseils de lecture

Le , La Tannerie

La tour Magister est une des nombreuses tours qui composent le paysage de La Défense. C'est ici que le destin du monde se joue : magnats de la finance, consortiums qui rachètent le monde et donnent (ou pas) du travail aux peuples. C'est d'abord de cette économie mondialisée, qui a oublié l'Humain qui l'a créée et au service duquel elle était censée être, dont nous parle Gérard Mordillat ; mais il nous parle surtout des laissés pour compte de cette économie capitaliste brutale et déshumanisée.
A travers une vaste galerie de personnages, c'est un panorama à la fois drôle, cru et dur de notre société que nous dresse Mordillat :
« Quand les pauvres n'auront plus rien à manger, ils mangeront les riches ! ». Malgré la noirceur du propos, Mordillat ne se départit pas de son humour et de sa gouaille, pour notre plus grand plaisir.

Romancier reconnu (Les Vivants et les Morts, Vive la sociale, La Brigade du rire,...), réalisateur et documentariste patenté (la série Corpus Christi pour Arte par exemple), Gérard Mordillat sera l'une des grandes voix de cette rentrée littéraire et sera présent à Avallon le 30 septembre à La Tannerie avec la librairie L'Autre Monde.

Tous les événements