Conseils de lecture

Le Sculpteur - Le Sculpteur
par (Libraire)
11 avril 2016

Cette BD est tout simplment un chef d'oeuvre

David Smith est un sculpteur au succès aussi fulgurant que précoce. Mais l'art contemporain est d'une nature volatile, il se détourne facilement de ses gloires présentes pour de nouveaux prodiges. D'autant plus que l'incroyable notoriété de David lui est monté à la tête et a provoqué une rupture avec son principal mécène. A partir de ce moment, la chute est rude et interminable : David n'a plus la côte et sombre dans l'alcool et la pauvreté.
C'est lors de l'une de ses beuveries qu'il rencontre son oncle Harry. Commence alors une discussion surréaliste, ceci d'autant plus que l'oncle Harry est... déjà mort ! Mais qui est vraiment Harry? Qui se cache derrière cette soudaine apparition ? Toujours est-il que cette rencontre inattendue débouche sur ce qui ressemble fort à un pacte avec le diable. Un véritable drame antique commence, entre amour, trahison et choix cornéliens. Tous les ingrédients sont présents pour un scénario d'une richesse incroyable, d'une sensibilité rare.

Scott McCloud n'est pas moins qu'une bible vivante de la bande-dessinée, auteur des excellents et passionnants L'Art Invisible et Faire de la bande-dessinée, ouvrages théoriques et tout en bulles traitant l'art de la bande-dessinée.
Quand celui-ci décide de s'attaquer à l'élaboration d'un roman graphique, autant dire que tous mes sens sont en éveil. Et une fois la lecture entamée, quelle claque ! Je ne connais pas d'auteur capable d'avoir un dessin pareil, où une planche est capable de mêler la force de mouvement des comics, et un trait unique entre manga et franco-belge selon les sujets : le tout dans les uniques couleurs noire et bleu pétrole. Tout respire l'amour de son art, et pourtant ce livre est aussi moderne qu'unique. Le scénario sert le dessin, et le dessin permet des prouesses scénaristiques.

Scott McCloud rend un incroyable hommage à la bande-dessinée sur 496 pages dont chacune est indispensable. Je me contente de rendre hommage à un virtuose de la bande-dessinée.


Give Peace a Chance, Londres 1963-75

Londres 1963-75

Denoël

24,90
par (Libraire)
11 avril 2016

Quand le BD sert l'Histoire

Marcelino Truong est illustrateur et peintre. Cela à son importance car, quand il décide de s'attaquer à la bande-dessinée, il nous offre un dessin et une mise en couleur absolument magnifiques. Mais aussi prodigieuses puissent être ses planches, elles existent pour servir une histoire et surtout pas le contraire.
Give Peace a chance est le second volet de l'histoire de la famille Truong, suite de Une si jolie petite guerre (Denoël Graphic). Le premier volet de l'histoire familiale raconte le retour de toute la famille au Vietnam, après quelques années passées à Washington dans le sillage du père de famille, diplomate de son état. Ce retour au pays coïncide avec la montée des tensions entre nord et sud pour ce qui débouchera sur un conflit emblématique du XXème siècle, la guerre du Vietnam. Give peace a chance reprend le fil de l'histoire familiale à partir de leur arrivée à Londres, Mr Truong père y étant missionné pour l'ambassade du sud Vietnam. La guerre est déclarée entre le nord tenu par les Viet-Cong et le sud sous « protectorat » américain. M. Truong nous raconte cette position de spectateur impuissant d'une guerre et d'alliances de plus en plus désastreuses. Il porte la parole d'une famille du sud Vietnam, peuple oublié dans un conflit ancré dans l'inconscient collectif comme étant entre les États-Unis et les communistes Viet-Cong.
Imaginez un jeune Vietnamien en Europe durant cette guerre, cela revient à vivre dans un paradoxe constant. Les enfants Truong sont systématiquement associés aux Viet-Cong par les occidentaux, quand leur peuple, leurs proches, sont menacés de mort par ces derniers. Et quand ils rentrent dans leur foyer ils sont pris en tenaille entre une éducation très stricte et le foisonnement de l'Angleterre de 1968. Il s'occidentalisent trop selon leur père, eux veulent s'intégrer. Ajoutez à cela une mère bipolaire, un père en rupture avec son pays dont il condamne les choix politiques, vous avez tous les ingrédients pour que le destin familial tourne au drame.
M. Truong est bien trop subtil pour nous offrir une issue théâtrale, il se contente, avec son histoire, de nous raconter l'Histoire.


Reliefs, n° 1

Collectif

Reliefs

par (Libraire)
11 avril 2016

Quel retour aux connaissances pluri-disciplinaires !

Petite nouvelle dans le paysage des revues trimestrielles, Reliefs a pour ambitieux projet est de nous offrir à la fois de l'aventure, des sciences, de la géographie, de l'histoire et de la littérature. Sur 200 pages impeccablement mises en forme, Reliefs n'a d'ambition, et quelle ambition, que de provoquer notre curiosité à travers des portraits, des documents iconographiques, des portfolios mais aussi des grands sujets, les abysses dans ce premier numéro. Ce thème des abysses nous amène à nous frotter avec la même joie à un passionnant article sur l'exploration (et la méconnaissance) des grands fonds marins, les enjeux internationaux autour des câbles de fibre immergés, un extrait de Vingt mille lieux sous les mers de Jules Verne, et une interview de Jacques Rougerie, « merien » particulièrement inventif. Nous voici nous promenant entre géologie, géopolitique, biologie, architecture et littérature. Le mélange est incroyablement réussi. Les auteurs de Reliefs ont tout fait pour que la revue serve ses sujets et uniquement ses sujets : des illustrations magnifiques, des photographes et des intervenants spécialistes de leurs sujets.


Les loups à leur porte
20,00
par (Libraire)
11 avril 2016

Attention ce roman est machiavélique... et addictif !

Daryl est originaire des grandes plaines céréalières des États-Unis, et comme bien des adolescents, il est en conflit avec ses parents. Alors pour se sortir de l'ornière familiale, il adopte une méthode plutôt radicale : il met le feu à la maison parentale en pleine nuit afin de se débarrasser d'une famille beaucoup trop encombrante pour sa destinée.
Les Loups à leur porte commence fort, ce roman nous happe immédiatement dans une ambiance à David Lynch. Et cela ne fait que commencer... Jeremy Fel, grâce à une construction très malicieuse, vient nous capturer dans sa toile, la construit peu à peu et ne nous lâche plus. Chaque chapitre nous raconte l'histoire d'un personnage, au début sans lien apparent entre eux. Mais une résonance commence à se faire entendre, à peine perceptible au début, qui gonfle peu à peu et finit par prendre tout son sens. Je vous assure que l'effet est garanti ! Jérémy Fel crée en nous une forme d'addiction, chaque chapitre appelle le suivant avec une forme d'urgence. Mais, dans le même temps, il joue avec nos sentiments et provoque en nous de belles contradictions entre attirance et gêne, allant parfois jusqu'au rejet.
Les Loups à leur porte est un roman d'exploration de la noirceur humaine. Jérémy Fel nous propose une galerie de personnages incroyablement riche : un certain Walter tellement mauvais qu'il en est simplement glaçant, Mary Beth obligée de quitter son anonymat afin de faire face à son passé, Duane qui décide de protéger un gamin qu'il connaît à peine, et tant d'autres encore : plus ou moins écorchés, psychotiques ou simplement dépassés. Alors d'où vient cette envie irrépressible de poursuivre notre lecture ? Parce que ce texte est de la littérature noire et blanche, grise en somme. Et cela lui donne une saveur et une ambiance toutes particulières.
Maintenant il est temps de plonger dans cette petite pépite. Mais une chose est sûre : nous sommes devant un premier roman assez fascinant, et qui en aucun cas ne vous laissera indifférents.


Des femmes qui dansent sous les bombes
18,00
par (Libraire)
11 avril 2016

Il est des lectures qui restent...

Mais qui sont ces femmes ? Peu importe, il vous suffit de savoir qu'elles sont originaires d'un pays de l'Afrique subsaharienne, un pays où la guerre civile fait rage. Elles sont incarnées par Séraphine et Blandine, victimes des exactions et autres massacres de milices, engagées volontaires dans l'armée régulière. Ces femmes sont des lionnes, c'est ainsi qu'elles se nomment. Elles deviennent de redoutables soldats, oubliant leur personne pour servir un destin, un pays rêvé en paix. Mais ici il n'existe pas de place pour les larmes et l’apitoiement. Ce sont bel et bien nos héroïnes qui nous poussent et nous inspirent, qui nous offrent leur puissance et leur humanité. Le deuxième roman de Céline Lapertot est d'une extrême finesse. Il se lit dans un souffle, à bras le corps. Des Femmes qui dansent sous les bombes vous habitera longtemps après avoir tourné la dernière page.